Le vêtement jette l’ancre au coeur du zéro déchet

Aujourd’hui, en pleine deuxième vague de la crise sanitaire du Covid -19 qui sévit à travers le monde, certaines energies vives font émerger, ça et là, des projets écoresponsables, green et considérant le déchet non plus comme le problème, mais comme la solution. La matière première, précisément.

Rencontre-interview avec Romain Durand, co-fondateur de la marque de vêtements Ankore, qui permet de recycler les débris plastiques collectés dans l’Atlantique et en Méditerranée.

– Comment vous est venu à l’idée le projet Ankore « du vêtement qui nettoie l’océan »?

L’initiative est née de deux constats : d’un côté, il y a de plus en plus de pollution plastique océanique. En tant que surfeurs, on voit des choses qui n’ont rien à faire dans l’océan. D’un autre côté, il y a besoin d’une industrie de la mode plus vertueuse. On a créé Ankore pour proposer des produits qui répondent à ces deux problématiques.


– A quel stade d’avancement, le projet Ankore en est-il, à l’heure actuelle ?

Nous sommes actuellement en campagne de crowdfunding jusqu’au jeudi 5 novembre.Ca nous permet de financer la première production et de tester l’engouement. C’est bien parti puisque notre objectif de 200 pré-ventes a été atteint en 24h et que nous venons de dépasser les 1000 pré-commandes aujourd’hui.


Comment le public peut-il se procurer vos articles ?

Sur le site de financement participatif Ulule, puis sur notre boutique en ligne www.ankore.co qui prendra le relais.


– Présentez-nous l’équipage, à la barre d’Ankore.

Romain, 30 ans, juriste en droit social à la base. Surfeur et impliqué dans la protection du littoral. Lola, 30 ans, dans les ressources humaines à l’origine. Couturière et engagée dans la démarche zéro déchet.


– Quelques mots sur l’esprit, la matière et la tonalité de la première collection.

Dans la mode, on pense d’abord au design, puis on s’intéresse au reste ensuite. Avec Ankore, on fonctionne autrement. Chaque vêtement est pensé par son empreinte environnementale.


– Dans quels pays ambitionnez-vous de distribuer vos lignes de vêtements?

Nous allons proposer la livraison en France et dans les pays limitrophes, pour le moment.

Interview réalisée par LG

Pour aller plus loin dans l’exploration de la thématique: à lire, Zéro déchet? Je m’y mets! de Lucile Gélébart-Caitucoli, paru aux éditions Alpen. https://www.eyrolles.com/Loisirs/Livre/zero-dechet–9782359345988/

En librairies, 16,50 euros.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s