Yves Rocher: 60 ans de beauté végétale et des liens durables



  La Gacilly, petite commune du Morbihan, au sud de la Bretagne. Il était une fois le grenier familial des Rocher. 1944. Un adolescent passionné d’herbiers. C’est là que tout va démarrer, Yves n’a que quatorze ans. Les premières graines d’une longue carrière entrepreunariale commencent déjà à germer. Deux mentors, en quelque sorte, vont les semer: son cousin, le Dr Joseph-Pierre Ricaud, qui va l’initier aux vertus médicinales des plantes issues de la biosphère locale, et cette guérisseuse bien inspirée, qui va lui murmurer à l’oreille la recette de la pommade hémostatique à base de ficaire. Et voilà que l’adolescent passionné par la botanique crée son tout premier cosmétique.

 

 


1959 marque l’ouverture du premier laboratoire dans son village natal, par Yves Rocher.
Les produits éponymes issus des plantes rencontrent un franc succès. Ce qui séduit la clientèle naissante et va réussir à la fidéliser ? Et ce qui rassure les consommatrices, et consommateurs? Le concept de nature, inspirant le créateur de la marque. Et sans aucun doute le fait que toute la chaîne de fabrication soit réalisée localement : de la culture et récolte des plants, jusqu’à la conception des produits et à leur formulation par les blouses blanches.

Les valeurs qu’inspirent la marque
A la seule évocation de la marque Yves Rocher, les idées qui viennent à l’esprit sont : le respect de la nature, le soin par les plantes, le bien-être au quotidien, les textures fondantes et légères des produits. Choisir un produit Yves Rocher, qu’il s’agisse d’une crème de soin ou d’un gel douche, c’est rechercher un effet bien-être au naturel. S’agissant des maquillages, là non plus on n’y vient pas par hasard, mais attirée(s) que nous sommes, par des tonalités tout en nuances, jamais criardes, toujours subtiles, d’automnale à estivale, évoquant la palette de couleurs des saisons. Toujours en phase avec la nature, pour être en harmonie avec soi. C’est un état d’esprit, une façon de considérer les produits cosmétiques comme des alliés naturels rehausseurs de beauté, et surtout pas comme des artifices.

1965, Yves Rocher crée et lance comme une invitation à cultiver la beauté par les plantes, son premier livre vert de la beauté, catalogue annuel de la marque. Un succès à feuilleter, une histoire qui s’écrit sous forme de commandes dans le monde entier, ce qui en fait un best-seller traduit dans plus de vingt langues et en braille.

1969: «  69, année cosmétique » aurait fredonné Jane B…Nous n’étions pas né(e)s. Mais nous avons retrouvé une photo d’archives du bon de commande d’alors. Cette année-là voit l’ouverture de la première boutique dans le monde, et cela se passe au numéro 43 du boulevard Haussmann à Paris.

6DC92BB5-7CDE-48D8-9F12-A843FCA21254.jpeg

Un relationnel fait de souvenirs aussi

Il faut attendre les années 1990, (mes) premiers pas dans l’univers cosmétique…D’ailleurs, l’auteur de ces lignes garde le souvenir mâtiné de ce sentiment de joie intact ressenti à la réception dans la boîte aux lettres familiale, d’un catalogue tant attendu. Catalogue que nous nous empressions de récupérer, mes soeurs et moi, ne laissant pas même à notre mère, l’exclusivité d’en décacheter l’enveloppe, pas même temps de le feuilleter la première. Trois soeurs, penchées au-dessus du catalogue, donc, chacune à la main, un marqueur fluorescent de couleur différente…Chacune, faisant ses propres sélections de maquillage essentiellement…

A nos débuts, nous nous détournions des crèmes dont nous laissions la primeur des pages illustrées, de préférence à notre maman…À nous, mascaras, premiers rouges à lèvres aux tons pastels.

Et ce souvenir qui me revient! Celui d’une immense palette noire, dont l’étage supérieur s’ouvrait de ses deux bras pour laisser admirer un nuancier pour les paupières d’un côté, et de l’autre, pour les joues, en forme d’arc. Et dessous, dessous, presque caché, l’inattendu étage dédié aux premiers gloss: rose et rouge subtils. Une merveille d’ingéniosité, que cette palette tout-en-un!

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’hier et d’aujourd’hui, les incontournables
Et aujourd’hui comme hier, un attachement à la marque qui ne se dément pas avec le temps. Signe qui ne trompe pas, les commandes effectuées régulièrement non plus par voie postale (ah le charme vintage des bons de commande!) mais sur l’e-boutique, ou, plus rarement, mais sûrement, si l’occasion se présente, des achats effectués dans les différentes adresses parisiennes. Mes produits incontournables sont les gels douche au mimosa (un must-have dans toutes les salles de bains), les produits de manucure Zéro défaut et le vernis couleur végétale numéro 106, Cerise.
Mais aussi, la crème douceur visage & corps à la camomille, les masques capillaires et la gamme Tradition de Hammam à l’huile d’argan, enfin, le gommage végétal, sans oublier le « grand rouge », culte depuis 2013.

 

 

Chacune célèbre Yves Rocher à sa manière, à travers la planète, trouvant son bien-être dans la gamme de son choix, et, en cette année de soixantième anniversaire, célébration rime avec promotion.

Disons aussi, fidélisation et adoption d’une belle philosophie: act beautiful!
Toujours prendre soin de soi et de son capital beauté, oui mais, en préservant la planète.

Par LUCILE GELEBART

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s