Non au projet de restauration industrielle à l’école

images-4images-3images-2images-5

 

– Une assiette équilibrée, riche en produits de saison, locaux, bio, il n’en faut pas davantage pour éduquer les enfants dès le plus jeune âge aux saveurs authentiques. Mais aussi cultiver, même inconsciemment, leur appétit pour le développement durable via une agriculture respectueuse des sols. Car lorsqu’on parle d’agriculture biologique, on désigne tout un processus de production « qui maintient la santé des sols, des écosystèmes, et des personnes. Une agriculture qui s’appuie sur des processus écologiques, sur la biodiversité, sur les cycles adaptés aux conditions locales » selon la définition de l’IFOAM (international federation of organic agriculture movements).

Si aujourd’hui cet équilibre alimentaire est préservé dans les cantines scolaires parisiennes, il est cependant compromis.

AUJOURD’HUI, JUSQU’À    :
À horizon 2020, les objectifs sont les suivants :
– 86% d’alimentation durable

– 60% d’alimentation BIO

– 100% de goûters BIO

– 50% d’alimentation durable (Est défini comme durable… Donc une alimentation durable peut avoir 0% de bio…)

– AUCUN objectif chiffré sur la proportion de BIO dans les assiettes

Jusqu’à présent, dans la capitale, 20 caisses des écoles préparent, servent et gèrent les repas des écoles publiques.

Or, selon la réforme de la restauration scolaire voulue par la maire de Paris, Anne Hidalgo, se dessine à l’horizon 2018 le projet de centralisation de la cantine scolaire. La Ville de Paris a d’ailleurs mené, entre le 13 avril et le 19 mai 2016, une consultation auprès des parents d’élèves du premier degré dont les enfants déjeunent dans les cantine sscolaires.

Débat au menu d’une réunion  en mairie du Ve le 19 septembre

-Durant ce temps, et aujourd’hui encore à l’occasion de cette rentrée de septembre 2016, la mobilisation de fédérations de parents d’élèves et d’élus d’arrondissements ne faiblit pas.

Florence Berthout, maire du Ve arrondissement et conseillère régionale d’Ile-de-France, propose une nouvelle réunion sur ce thème, après la précédente, organisée en juin dernier. Elle estime, dans un courrier adressé aux parents d’enfants inscrits à la cantine scolaire, « que l’adjointe à la maire de Paris chargée des affaires scolaires, de la réussite éducative et des rythmes scolaires, est passée en force sur ce sujet, le 6 juillet dernier par un vœu déposé sur table en séance du conseil de Paris actant la centralisation de la restauration scolaire. »

Nombre de voix s’élèvent, depuis la publication de ce projet de réforme, dénonçant un nivellement alimentaire par le bas, au nom d’une sacrosainte égalité dans l’ensemble des cantines. Les parents se sentant concernés par ce sujet et souhaitant se mobiliser contre cette réforme auront l’occasion de s’exprimer le 19 septembre à 8h45 à la mairie du Ve. Dans cet arrondissement, la caisse des écoles peut s’enorgueillir d’avoir su intégrer les produits sains « bio », issus de l’agriculture paysanne, respectant la saisonnalité, et encoureagant le commerce de proximité. Notamment le pain du boulanger de quartier, les laitages et de Normandie, le boeuf et porc  de Picardie et Normandie, le poissons des ports de pêche de Bretagne, les fruits et légumes bio. Autant de menus élaborés sur la base du programme national nutrition santé (PNNS) ainsi que sur recommandations du groupe d’étude de marchés de restauration collective et de nutrition (GEMRCN) …

LC

lien vers la pétition en ligne :http://sauvemacantine.fr/la-petition

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s